Syrie : Un photographe de guerre raconte ce métier à risques

Photoreporter. C’est la profession que Corentin Fohlen, 30 ans, a choisi d’épouser il y a sept ans maintenant. « J’ai commencé par couvrir des manifestations et des événements politiques en France. Et petit à petit, je suis parti à l’étranger. » Lui ne se dit pas photographe de guerre. Il trouve plus juste de dire qu’il se rend « là où l’Histoire se fait ». En quelques années, il a couvert la révolte des Chemises Rouges en Thaïlande, les combats politiques au Congo, les manifestations anti-CPE à Paris, le seïsme en Haïti, et d’autres théâtres d’événements.

Lire la suite sur francesoir.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s